cdcf
 
 



 

LES VITAMINES ET LEURS BIEN FAIT

Les vitamines et les oiseaux : Il n'existe pas seulement de deux états de santé, c'est-à-dire, les oiseaux ou ils sont sains ou ils sont malades, mais il existe des états défavorables de santé qui ne sont pas nécessairement traduits en maladie. Les symptômes qui apparaissent sont dépression, dépourvue d'énergie et des autres ennuis mal définis qui peuvent être indice d'une alimentation incomplète ou d'un manque de vitamines. Toute l’aviculture a entendu parler des vitamines et de leur importance pour l'organisme des animaux. La raison celle-ci est par laquelle l'amateur d'oiseaux est rare qu'il n'utilise pas de suppléments vitaminiques. Les vitamines sont composants naturelles des aliments, étant présents dans des quantités infime. Sa nature est organique et sont essentiels pour la croissance et le fonctionnement normal des différents organes du corps. Ils ne sont pas généralement fabriqués par l'organisme dans des quantités suffisantes comme pour couvrir les demandes physiologiques, ce pourquoi ils doivent être obtenus à travers le régime.

VITAMINES NATURELLES OU SYNTHÉTIQUES. Les vitamines naturelles sont celles qui sont présentes dans les aliments de manière naturelle. Tandis que ce qui est synthétiques sont fabriquées par l'homme dans un laboratoire et des mises à la disposition du public sous forme de baisses, poussière, comprimés, capsules, etc.

Le docteur T.G. Randolph, célèbre allergologue anglais, je déclare : « Une substance produite synthétiquement peut susceptible ment causer une réaction dans une personne chimiquement, bien que la même substance soit tolérée quand elle aura une origine naturelle, et même si les deux substances ont une structure chimique identique ». Cette même affirmation pourrait être extrapolée au monde des animaux, y compris les oiseaux.

Les vitamines ne sont pas des produits purs, mais des familles de produits ; par conséquent, les vitamines synthétiques sont seulement des rapprochements modestes des laboratoires aux produits que crée la Nature.

L'action des vitamines peut être vue augmentée ou diminuée en fonction de la présence ou non de certaines substances. Par exemple, la vitamine B1 est détruite en présence des thiamines, substance présente dans la betterave, choux de Bruxelles, baies, etc. Dans la semence de lin oléagineux nous trouvons une substance qui agit comme antagoniste de la vitamine B6.

À d'autres occasions la présence de vitamines facilite l'utilisation des minéraux :

- La vitamine D3 est nécessaire pour que le Calcium soit absorbé au niveau intestinal. Une quantité insuffisante de cette vitamine produit des niveaux déficients de Calcium dans l'organisme même si le régime a une quantité adéquate de ce minéral.

- Un autre exemple est l'augmentation dans l'absorption de Fer en présence de vitamine C.

- Le Sélénium et la vitamine ET sont aussi inter reliés.

Pourvu qu'il se puisse on doit administrer les vitamines dans leur manière naturelle, c'est-à-dire, à travers les aliments. En réservant l'utilisation de ce qui est synthétiques pour ces cas où nous voulons fournir une dose rapide et complète dans des oiseaux avec un fort déficit vitaminique.

Certaines manipulations des aliments peuvent détruire totalement ou partiellement leur contenu vitaminique, comme sont la cuisson, la mise en boîte, celui congelé ou pendant le stockage. Par exemple, les légumes verts perdent presque toute sa vitamine C dans quelques jours à température environnementale, une fois qu'ils ont été récoltés.

CLASSIFICATION

Les vitamines peuvent être classées dans deux grands groupes :

Liposolubles : À, D, ET K.

Ils tendent à s'accumuler dans l'organisme, étant par conséquent facile son empoisonnement si l'administration est prolongée et dépasse les nécessités.

Hydrosolubles : B1, B2, B3, B5, B6, B8, B12, C, Colline, Falico Acide et P.A.B.A.

Ils sont facilement éliminés, ce pourquoi l'empoisonnement est peu fréquent.

VITAMINE À (Rétinol)

Ça a été la première vitamine liposoluble découverte. Deux groupes de chercheurs ont fait la découverte de manière presque simultanée en 1913. Ils ont trouvé que des jeunes animaux nourris avec des régimes sans matière grasse naturelle montraient des bouleversements généraux et ne grandissaient pas. Ils ont aussi observé que montraient de l'inflammation et de l'infection des yeux, des symptômes qui pouvaient rapidement être allégés en ajoutant matière grasse naturelle au régime, au beurre ou à l'huile de foie de morue.

Les plantes ne contiennent pas vitamine A en manière active, mais sous forme de précurseurs de cette dernière comme ce qui est carotènes (pigments jaunes trouvés associés la chlorophylle et les responsables dans haut degré de la couleur des légumineuses rouges et jaunes) : alpha, bêta et gamma. Dans les oiseaux ce qui est beta-carotène est le plus actif de tous.

Ce qui est carotènes sont considérés provitamines. Les animaux ne peuvent pas les synthétiser, mais ils peuvent les passer à manière. il active (vitamine A) dans l'intestin et dans le foie. Approximativement 90% de la vitamine A de l'organisme est stocké dans le foie. Ces réserves peuvent être profitées en tout état d'urgence, quand à travers le régime nous n'apporterons pas quantité suffisante.

Un excès de carotènes dans le régime est à l'origine d'une couleur jaune orange dans la peau, mais je ne donnerai lieu jamais à un empoisonnement par vitamine A (hypervitaminoses) parce que l'organisme ne transformerait jamais ces précurseurs à manière active à moins que de l'ait besoin.

Sources : Ce qui est carotènes nous les trouvons dans les légumes foliacés verts et jaunes : choux, feuilles de navets, carottes, épinards, laitues, bettes, courges, dent de lion ; et dans des fruits comme abricots, pêches, melons, etc. Tout au plus j'intensifie c'est la couleur verte ou jaune des fruits ou légume, une plus grande concentration de carotène contient.

L'huile de foie de morue et de flétan sont d'importantes sources de vitamine A en manière active.

Fonctions : Aide à conserver ce qui est épithéliums en état normal. Son déficit produit une modification (queratinique) la peau et des muqueuses qui revêtent l'appareil respiratoire, le tube digestif, l'appareil urinaire, l'appareil génital et épithéliaux monocle. Ceci suppose une diminution de la barrière protectrice que forment ces membranes pour protéger à l'organisme des infections : les micro-organismes pathogènes peuvent pénétrer facilement et produire des infections.

Son manque produit :

- Modification des muqueuses : cavité orale enflammée avec abcès stériles ou infectés. De petites lésions blanchâtres peuvent être vu dans la bouche, l'œsophage, buche ou dans les conduits nasaux. Si on bloque les conduits salivaires peuvent se produire des inflammations dans la mâchoire inférieure ou sous la langue. Le déficit de vitamine A prédispose à une infection secondaire dans les seins par des bactéries ou des champignons ; en étant les perroquets amazones et yacks très enclins à ce problème. Peuvent aussi être vus touchés les yeux (inflammation et j'accumule de matériel purulent).

Dans les cas bénins d'hypovitaminoses À, spécialement dans des perruches, les symptômes initiaux sont augmentation de consommation eau et augmentation de production d'urine, suite à une modification (métaplasie floconneuse) des conduits gastro-intestinaux et urinaire.

- Hiperqueratosis : grossissement de la peau des doigts. Plus fréquent dans des perroquets amazones et des canaris. Ces changements prédisposent à une infection, en se formant ce qui est typiques abcès (clous).

- Modification dans la reproduction : œufs avec des écorces rugueuses, blocus d'œufs, diminution dans la production de sperme, etc.

Quelques espèces d'oiseaux (Amazonas,) ont une plus grande demande de vitamine A que d'autres. Certains parasites, comme giardias et lombrics, peuvent diminuer la quantité de vitamine A disponible pour l'oiseau.

Les signes de hypovitaminoses peuvent arriver à être très évidents, mais parfois peuvent être confondus avec d'autres maladies : tuberculose, tumeurs, infections bactériennes, etc.

La vitamine A est en rapport avec d'autres vitamines :

- vitamine K : des doses excessives de vitamine A donnent manque de vitamine K.

- vitamine E : prévoit la destruction la vitamine A au niveau intestinal.

- vitamine C : les symptômes carentiels de vitamine C améliorent avec l'administration de vitamine A.

VITAMINE D

Depuis l'Âge Moyen on a employé l'huile de foie de morue comme remède contre le rachitisme, mais seulement jusqu'à la première guerre mondiale suis nécessaire la cause de la maladie et on a établi les bases scientifiques pour leur prêtre. Il y a deux formes prédominantes de vitamine D :

Ergocalciférol (Vitamine D2) : dérivé les plantes et de Cholécalciférol (Vitamine D3) : produit exclusivement dans le corps des oiseaux

Dans tous les oiseaux étudiés, la vitamine D3 est de 30 à 40 fois plus puissante que la vitamine D2.

Contrairement à d'autres vitamines, la vitamine D3 peut être synthétisée dans l'organisme au niveau de la peau. Des études dans des poules ont montré qu'on pouvait synthétiser vitamine suffisante comme pour prévoir le rachitisme et maximiser a la croissance si les jeunes poulets étaient exposés aux rayons solaires directs (sans filtrer à travers des cristaux) pendant un temps de 11 à 45 minutes chaque jour.

Le rôle plus important que la vitamine D est celui d'intervenir dans l'équilibre le Calcium et le Phosphore dans l'organisme.

Sources : La plupart des aliments naturels ne contiennent très peu d'ou aucune quantité de vitamine D ; celle qui est préformé dans le régime il provient en grande partie des huiles de foie de poisson ou de sources naturelles irradiées. Dans le beurre et le lait de poule d'œuf il se trouve dans de petites quantités.

Fonctions : Son administration des oiseaux jeunes ou vieux est utile dans des oiseaux avec des bouleversements dans la croissance (rachitisme), dénutrition, femelles reproductrices ou individus qui reçoivent peu de lumière solaire.

VITAMINE E (Tocophérol)

Il a été découvert par Evans et Bishop en 1922 en observant que les rats nourris avec lait de vache ne se reproduisaient pas. Sa caractéristique chimique plus importante est sa propriété antioxydant. Il a des relations étroites avec le métabolisme du Sélénium. Il est stocké principalement dans le tissu adipeux et dans le foie. Son stockage dans le corps est pendant un temps relativement court.

Sources : Il se trouve principalement dans l'huile extraite du germe blé et huiles extraites de semences ou d'autres fruits oléagineux (maïs, tournesol, cacahuète, soja, noix, coupe les basses branches), lait de poule d'œuf, riz intégral, pois frais, haricots verts, tomate, céleri, pomme, banane, etc. Les feuilles de luzerne sont aussi riches en vitamine E.

Fonctions : Cette vitamine s'avère utile en cas d'insuffisance hépatique. Il empêche la lésion dans le foie provoquée par l'ingestion de doses excessives d'huile de foie de morue.

Il favorise la survie de ce qui est globules rouges.

Il doit être administré dans des oiseaux qui présentent une malnutrition, bouleversements intestinaux, modifications musculaires, chute de l'immunité, stérilité relative, etc.

Dans des poulets, le déficit produit des anomalies et du décès embryonnaire ; tandis que dans des adultes apparaissent des problèmes neurologiques.

VITAMINE K

La vitamine K a été découverte au Danemark comme facteur nutritif nécessaire pour la coagulation du sang dans des poulets qu'ils étaient nourris avec un régime exempt de matière grasse qui les produisait des hémorragies. EN administrant certains aliments, surtout luzerne et farine de poisson putréfié, on a vu que cette modification était corrigée.

La vitamine K est stable et résistant à la chaleur, par conséquent il n'est pas détruit par les méthodes ordinaires de cuisson. Il peut se présenter dans trois manières :

- K1 : présent dans des plantes vertes.

- K2 : fabriquée par les micro-organismes de la flore intestinale.

- K3 : de nature synthétique.

Sources : Présent dans la luzerne, légumes foliacés verts (chou, épinard, laitue, chou-fleur), tomate, sauvé de blé, soja, fromage, lait de poule d'œuf et foie.

Fonctions : Cette vitamine je l'applique de façon préventive avant d'effectuer des sexages chirurgicaux dans des oiseaux mono morfilas (exemple : perroquets), traumatologie, etc. je conseille Aussi son administration pendant et après un traitement sur base d'antibiotiques et de sulfamides. Autres applications : mauvaise absorption intestinale, diarrhées, modifications hépatiques, etc.

VITAMINE C (Acide ascorbique)

C'est la vitamine qui prévoit et traite le scorbut. Cette maladie a été découverte pour la première fois pendant celles Croisées. Je continue à détruire à des marins et soldats jusqu'à ce qu'on ait découvert l'importance du jus de citron comme je négocie de prévention.

Le fait de couper et laisser les fruits et les légumes exposés à l'air provoquent beaucoup de perte d'acide ascorbique. Quand les aliments seront rapidement cuisinés dans de petites quantités d'eau, et ils sont hermétiquement couverts, il y a beaucoup moins de perdue.

Le contenu de vitamine C fruits et légumes varie avec les conditions dans lesquelles on cultive, le degré de maturité à auquel on récolte et les conditions dans lesquelles ils sont stockés et cuisinent.

La plupart des animaux supérieurs et des végétaux peuvent synthétiser la vitamine C. Seulement l'homme, les singes, le cobaye, la chauve-souris frugivore de l'Inde, le bulbul de d'oreilles rouges et de certains des poissons ne sont pas capables de la synthétiser par lui-même, et ont besoin de l'ingérer à travers le régime

La vitamine C est renforcée en présence de bio flavonoïde (couche blanche sous la peau des agrumes), Calcium et Magnésium. Sa synthèse est altérée par des insuffisances de vitamine A, et Biotine.

Sources : Kiwi et goyave où plus. Fruits citriques (orange, lime, citron), melon, fraises, légumes foliacés bruts (dent de lion), tomates rouges, poivrons, pois, etc.

Autres aliments moins riches : groseilles, navet, brocoli, chou, épinards, choux de Bruxelles, baies, ananas, etc.

Les semences des graminées ne contiennent pas vitamine C, uniquement celle-ci dans ceux germés de ces graminées.

Fonctions : Sur la base d'études scientifiques, ce qui est passeriformes et ce qui est psittacidés paraissent ne pas requérir un apport de vitamine C dans le régime, sauf dans les situations suivantes :

- Vieux oiseaux en croissance, ou frottés par le maniement.

- Régimes pauvres en énergie, protéines, vitamine ET, Sélénium ou Fer.

- Dans des cas de maladie qu'il suit avec fièvre, infection ou dommages hépatiques.

- Dans des oiseaux en souffrant hémorragies ou empoisonnements (mercure, plomb, etc.).

Dans des dindes on a démontré que l'addition de vitamine C augmente la production de sperme. Dans des poulets il améliore la fertilité et diminue la mortalité embryonnaire précoce.

Les cas d'empoisonnement par acide ascorbique ne se produisent pas généralement étant donné leur élimination rapide au niveau rénal.

VITAMINE B1 (Thiamine)

Dans 1897 Eijkman a produit une maladie carentielle dans les poules, semblable au Berri-Berri de l'homme, en les nourrissant avec riz décortication. Cette maladie pouvait être traitée la cascarille de riz. On a peu ensuite vérifié que le traitement dans des personnes était ce dernier.

Il existe plusieurs substances qui annulent l'action de la vitamine B 1.

- Amprolio : il évite l'absorption de cette vitamine au niveau intestinal.

- Acide tannique : substance présente dans certains fruits et légumes.

La thiamine n'est pas stockée pendant beaucoup de temps dans l'organisme.

Sources : Les aliments avec une plus grande proportion de thiamine sont la levure de bière, le germe de blé et le soja. Ils lui suivent le riz avec écorce, fruits secs sans griller, millet, haricots secs, flocons d'avoine, pois bruts et l'orange. Aussi présent dans le lait de poule d'œuf. Il disparaît avec le raffinage des céréales.

Fonctions : Son administration s'avère futile dans les cas suivants :

- Oiseaux avec une alimentation riche hydrates carbone, modifications hépatiques, développement insuffisant ou dépourvu d'appétit.

- Individus avec des bouleversements gastro-intestinaux (atonie gastrique, diarrhées) ou qui reçoivent des médicaments (antibiotiques, sulfamides, anti-inflammatoire).

- Il est nécessaire aussi dans des animaux avec des modifications neurologiques ou sous un fort effort.

VITAMINE B2 (Riboflavine)

Cette vitamine est sensible la lumière, à la chaleur et les sulfamides. La cuisson de des légumes et de celui trempé de ces dernières détruisent la riboflavine ; exemple : celui trempé de la salade pour que se détruit jusqu'à 70% de la vitamine B2. Peu de riboflavine il est stocké très dans le corps. L'empoisonnement est très faible étant donné le fait qu’il est rapidement excrété ; et quand il sera donné dans de hautes quantités par l'intermédiaire d'oral, l'absorption par l'intermédiaire d'intestinal est limitée.

La plus effective il est pris avec la vitamine B3, B6 ou C

Sources : La riboflavine présente dans des plantes est généralement moins disponible que la présente dans des sources animales. La levure de bière est la source la plus riche. Ensuite : amandes, germe de blé, fromage, œufs, millet, navet, farine de soja, sauvé de blé, yoghourt, lait et les légumes de feuilles vertes. Aussi présent dans la luzerne : feuilles et surtout semences. Les bactéries intestinales peuvent fabriquer cette vitamine dans de petites quantités.

Fonctions : La vitamine B2 intervient dans le métabolisme les hydrates de carbone, de lipides et de protéines.

Son manque est à l'origine des symptômes neurologiques comme tremblements et faiblesse musculaire, ainsi que chute du Système Immunologique. Attenu les risques d'une alimentation hyperprotéique puisqu'il favorise la dégradation des métabolites secondaires. Avec d'autres vitamines du groupe B et vitamines A, C et attenu le développement tumeurs et indispositions dégénératives. Le manque de phosphore dans l'alimentation complique l'assimilation de vitamine B2.

Son administration s'avère utile dans les cas suivants :

- Problèmes peau et muqueuses.

- Maladies le tractus digestif et l'insuffisance hépatique.

- Retard dans la croissance et décalcifications.

- Modifications oculaires.

- Oiseaux soumis à effort ou à de grands efforts musculaires.

VITAMINE B3 (Acide nicotinique)

A été découverte au cours de recherches en rapport avec la pellagre, maladie qu'elle détruisait aux consommateurs de maïs, lequel manque de vitamine B3.

Cette maladie est aussi appelée « Syndrome des 3D » : diarrhée, dermatite et démence, qui sont les symptômes caractéristiques de la maladie.

Sources : Levure bière et germe de blé, écorce de céréales (riz, blé sarracenia), légumineuses (soja, haricots, pois chiches, lentilles), fruits secs (cacahuètes, châtaignes, noix), etc.

Fonctions : Indispensable pour la santé du Système Nerveux. Il favorise au Système Digestif et améliore les perturbations gastro-intestinales. Utile aussi dans les modifications cutanées : dermatite, mauvaise cicatrisation de blessures, etc.

On conseille son administration dans des oiseaux soumis à effort, intoxiquer ou avec peu de développement sexuel.

VITAMINE B5

Aussi appelée acide pantothénique parce qu'il se trouve dans presque tous les aliments (pain signifie tout en Grec).

Sources : La gelée réelle est la source plus riche connaissance d'acide pantothénique. Autres sources : levure de bière ; son blé et riz ; lait de poule d'œuf ; légumes : chou-fleur, chou pommé, brocoli, pois, pommes de terre, poivrons ; céréales membres ; miel ; etc.

Fonctions : Indispensable pour le métabolisme carbohydrates, matières grasses et protéines. Aide au Système Immunitaire à défendre face aux agressions externes. Il intervient dans la croissance et le développement le Système Nerveux Central, la peau et les muqueuses.

VITAMINE B6 (Pyridoxine)

Des quantités minimales sont stockées dans le corps. La lumière détruit rapidement cette vitamine. La plus effective il est pris avec les vitamines B1, B2, B5, C et Magnésium.

Sources : Il peut être synthétisée en partie par la flore intestinale, mais les meilleures sources d'approvisionnement sont : levure bière et germe de blé. Dans un second groupe : son blé, farine de soja et maïs, fruits secs, banane, avocat, farine de seigle, œufs, raisins, choux, épinards bruts et carottes.

Fonctions : Il active la production de globules de rouges, par conséquent il s'avère utile dans les anémies. Il stimule aussi l'immunité naturelle et améliore le fonctionnement du Système Nerveux.

Ce qui est pyridoxine permet une plus grande ingestion de protéines sans que cela provoque des problèmes.

Autres applications : modifications cardiaques, lésions de la muqueuse orale, effort, manque d'appétit, modifications hépatiques et diarrhées.

VITAMINE B8 (vitamine H ou Biotine)

On a préalablement appelé vitamine H au facteur capable de traiter le syndrome manifesté par eczéma et alopécie caractéristique autour des yeux, observé dans des rats et des poulets nourris avec de grandes quantités de claiux brutes d'œuf. Le facteur qui contient le clair d'œuf brut est une protéine appelée avidine, qui est combinée avec la biotine et ce qui est inactive. Étroitement mise en rapport à l'utilisation correcte acide folique, acide pantothénique et vitamine B12.

Sources : La Biotine se trouve dans beaucoup d'aliments, et en quantité considérable il est synthétisé par les bactéries intestinales. On trouve dans le lait, du lait de poule d'œuf, la majorité des légumes, quelques fruits (bananes, pomélos, pastèques, fraises), cacahuètes et levure de bière.

Fonctions : On conseille son administration avec la vitamine B12 dans des cas d'insuffisance hépatique. Il est aussi utile dans des modifications intestinales provoquées par la prise antibiotiques et sulfamides, ainsi que dans des cas de dermatite.

La vitamine B8 est indispensable pour l'activité de beaucoup de systèmes enzymatiques.

VITAMINE B12 (Ciano cobalamine)

Son action est renforcée avec celles du reste du groupe B.

Avant 1937, la levure de bière (produit naturel qui contient presque toutes les vitamines du groupe B) était quotidiennement donnée aux soldats de l'armée suisse « par les bons résultats obtenus en époque de manœuvres ».

Il doit être combiné avec Calcium pour améliorer son absorption par les organismes.

La vitamine B12 s'accumule surtout dans le foie. Les animaux et les plantes sont incapables de la fabriquer. Só1o est synthétisé par les bactéries anaérobies et les levures.

Sources : Présent dans des produits lactés, lait de poule d'œuf, levure de bière, épinards, son de riz, dans certaines algues, etc.

Fonctions : Le développement de ce qui est globules rouges est essentiel pour la maturation normale et, par conséquent utile dans des oiseaux anémiques. Il favorise aussi la croissance et la régénération des tissus, en maintenant en bon état le Système Nerveux.

Son administration est utile dans des oiseaux avec des problèmes hépatiques ou des pancréatites chroniques.

CHOLINE

La choline peut être fabriquée dans l'organisme, mais non dans les quantités suffisantes comme pour couvrir les nécessités des jeunes oiseaux. Avec l'âge augmente la capacité de sa synthèse. Les nécessités varient en fonction du régime : des régimes très riches des protéines ou matières grasses requièrent une plus grande quantité de choline. Manière part du groupe B.

Sources : La source diététique la plus riche est le lait de poule d'œuf. Aussi présent dans la levure bière, germe de blé et végétaux verts.

Fonctions : Il agit le métabolisme et sur le transport de matières grasses au niveau hépatique, en évitant la formation du « foie gras » (dégénération grasse du foie).

Il contribue à éliminer des toxines de l'organisme.

ACIDE FOLLIQUE

Manière part du groupe B.

Cette vitamine est détruite en traitant les aliments à des hautes températures. L'absorption est interférée par la présence de sulfamides ou par le déficit de Zinc, tandis que la présence de vitamine C et Fer améliore son utilisation.

Ils existent inhibiteurs enzymatiques de l'acide folique dans des oranges, choux, haricots et pois.

Sources : Il se présente largement dans des aliments. Les meilleures sources sont : levure bière, germe et son de blé, légumes foliacés vert foncés (épinard, brocoli), patate douce, fruits secs, etc.

Fonctions : Utile dans des cas d'anémie, mauvais absorption intestinale et mauvaise nutrition protéinée. Aussi nécessaire pour le développement embryonnaire et pour la croissance correcte de l'organisme.

P.A.B.A. (Acide para-amino-benzoïque)

Cette vitamine est présente dans la levure bière, germe de blé, légumes, céréales intégrales, cuticule de céréales et dans les légumineuses. L'acide para-amino-benzoïque favorise la reproduction des bactéries dans l'intestin, excepté des rickettsies (bactéries dangereuses) pour lesquelles il s'avère nuisible. Il possède une action antagonique les sulfamides para-amino-benzoïque et les antibiotiques, lesquels réduisent sa capacité pour agir adéquatement au niveau intestinal.

HIPERVITAMINOSIS

L'empoisonnement par excès de vitamines n'est pas fréquent quand on utilisera les aliments comme source de ces dernières. Mais vu l'utilisation démesurée des vitamines synthétiques qu'il est actuellement fait il est possible de trouver des oiseaux intoxiqué. Par conséquent, je décrirai ensuite les symptômes qui apparaissent et les quantités nécessaires de chaque vitamine pour produire des modifications :

- Vitamine À (De 20 à 100 fois la dose requise)

Les symptômes qui apparaissent sont : perte poids, diminution de l'appétit, d'inflammation dans les paupières et la bouche, diminution de la résistance des os, dermatite, modifications hépatiques et hémorragies.

- Vitamine D (De 4 à 10 fois la dose requise)

Son excès produit une augmentation dans l'absorption de Calcium, avec la hypercalcémie conséquente et la minéralisation des tissus doux. L'excès de calcium en sang originaire une modification dans des reins par j'accumule de ce minéral dans ces derniers.

- Vitamine E (100 fois la dose requise)

Est à l'origine d'une diminution de la croissance, anémie, diminue la minéralisation des os et diminue aussi le stockage de vitamine A dans le foie.

- Vitamine K (1000 fois la dose requise)

Un excès suivra avec une haute mortalité, une anémie et une élimination rapide thiamine et riboflavine

- Vitamine B3 (10 fois la dose requise)

L'empoisonnement se caractérise par gastro-entérite et prurit.

- Pyridoxine (50 fois la dose requise)

Infertilité et diminution dans la production d'œufs sont les symptômes caractéristiques.

- Choline (2 fois la dose requise)



vitamine
 

Texte et traduction par DELERIA François (timbrado.com)




Créé avec Créer un site
Créer un site